Dulce Maria Loynaz

par | 24 Jan 2016 | Je suis d'ailleurs | 0 commentaires

Sur l’île Saint-Louis, un dimanche tranquille et ensoleillé, mes pieds filent droit. Les touristes se donnent rendez-vous en nombre afin de goûter aux ‘meilleures glaces de Paris’ ! Fameuse Ile Saint-Louis !

Je continue à marcher droit devant et arrive sur l’Ile de la Cité. Un instant j’admire Notre-Dame et me décide à traverser pour aller flâner sur les quais, vers les bouquinistes. Étalage de merveilles : affiches, cartes postales, livres, tout invite au voyage. Mes mains parcourent les montagnes de livres jusqu’à s’arrêter sur un petit livre jauni. Je repars sur Saint-Louis, en quête d’une glace bien méritée. Glace, soleil, Île, TROPIQUES…je rêvasse bercée par une légère brise d’été…odeurs de fleurs et de cigare. La salsa retentit en fond sur les berges de la Seine. ‘Prière de me recontacter ultérieurement, merci’.

L’instant d’après, les oiseaux chantent haut et fort, les couleurs sont chatoyantes, l’eau ruisselle, les sourires sont sur tous les visages. Un sourire parfois mélangé à une certaine mélancolie…Un ‘saute mouton sentimental’ que rythme l’éloge de la Vie et un profond désarroi ; uniquement calmé par cette grande et belle et vieille demeure du Vedado, à la Havane…

J’ai ouvert le livre sans même m’en rendre compte, la douceur m’a emporté le cœur au-delà de l’atlantique. C’est un voyage que j’entreprends avec Dulce au travers de la Fille prodigue. Elle s’appelait Dulce María Loynaz.